Beluga Tour

Un navire pour alerter les citoyens

Au printemps 2014, le Beluga II, un navire de Greenpeace, effectue une tournée au cœur de l ’Europe en naviguant sur le Rhin et la Moselle. L’objectif : informer et mobiliser les citoyens d’Allemagne, de France, de Suisse et du Luxembourg contre les risques liés au vieillissement des centrales nucléaires.

 

Rejoignez-nous ! À bord, ou en ligne !

Rapports et documents

 

VIEILLISSEMENT DES RÉACTEURS : L’EUROPE AU SEUIL D’UNE NOUVELLE ÈRE DE RISQUES NUCLÉAIRES

En Europe, 25 réacteurs ont dépassé les 35 années de fonctionnement. Aux États-Unis, plus de deux tiers des réacteurs ont obtenu le renouvellement de leur autorisation d’exploitation pour une durée totale de 60 ans, soit une période de fonctionnement largement supérieure à celle prévue lors du dimensionnement. L’Europe se trouve au seuil d’une nouvelle ère de risques nucléaires.

Au moment de la rédaction du présent rapport (janvier 2014), l’âge moyen des réacteurs européens s’établissait à 29 ans. De plus en plus de réacteurs approchent de la fin de la durée de vie prévue lors de leur conception, soit 30 ou 40 ans.

La capacité totale des réacteurs en cours de construction dans l’union européenne ne suffira pas à remplacer tous les réacteurs en fin de vie, et la catastrophe de Fukushima a freiné le développement de nouveaux programmes de construction. Cependant, nous constatons que les industriels sont plus que jamais en quête de nouvelles stratégies qui permettraient d’éviter une sortie progressive du nucléaire, en particulier dans les pays n’ayant pas anticipé le développement d’alternatives viables.

La stratégie actuelle des exploitants de centrales dans la plupart des pays européens, notamment en suisse, en Ukraine et en Russie, s’articulent autour de deux grands axes : l’extension de la durée de vie des centrales (en vue d’une exploitation prolongée) et l’augmentation de la puissance des réacteurs. Cette stratégie pourrait avoir des conséquences considérables sur la sûreté du parc nucléaire actuellement en service sur le continent européen.

La durée de vie initiale correspond à la période pendant laquelle une installation ou ses équipements sont censés fonctionner conformément aux spécifications techniques de dimensionnement. Certains processus limitent la durée de vie des centrales (arrêts périodiques trop nombreux, fatigue due aux variations de charge, etc.). Au vieillissement physique des systèmes, des structures et des composants s’ajoute l’obsolescence technologique et conceptuelle. L’intégration rétroactive des nouvelles technologies et prescriptions de sûreté n’est que partiellement possible sur les anciens réacteurs. des facteurs « immatériels » entrent également en jeu, tels que l’archaïsme des structures organisationnelles, la perte de motivation du personnel liée à la routine et la perte de savoir-faire au fur et à mesure des départs en retraite. L’ensemble de ces éléments creuse l’écart entre le niveau de sûreté des anciens réacteurs et celui exigé par les normes actuelles.

Autre facteur pouvant compromettre les marges de sûreté : le relèvement de la puissance des réacteurs. L’augmentation de la production d’énergie thermique entraîne une production accrue de vapeur et augmente les volumes d’eau nécessaires au refroidissement. Ce relèvement accentue ainsi la pression exercée sur les tubes d’échange de chaleur et accélère les phénomènes de vieillissement. Les modifications impliquées par l’augmentation de la puissance des réacteurs peuvent être source de défaillances supplémentaires en cas d’interaction négative entre les nouveaux et les anciens équipements. Ainsi, la prolongation de la durée de vie des centrales, tout comme l’augmentation de la puissance des réacteurs, contribuent à abaisser les marges de sûreté de dimensionnement et à accroître les risques de défaillance.

 

Crédits

© Greenpeace – 2014

Création et développement
Datagif

Crédits photos
Tihange – Alain Vincent/Greenpeace 

Agir

En tant que citoyen(ne) européen(ne), je suis préoccupé(e) par la nouvelle ère de risques nucléaires dans laquelle nous entrons.

Je refuse d’accepter ce risque avec lequel on nous force à vivre et je demande un changement politique profond et radical.

Agir

Je demande aux dirigeants européens de :Sortir progressivement du nucléaire et renforcer le développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. C’est la seule façon de sécuriser notre approvisionnement énergétique et de lutter contre les changements climatiques sans mettre personne en danger.

Fermer immédiatement les réacteurs dont la durée d’exploitation a dépassé la durée de vie initiale. Les autorités de sûreté nucléaire ne doivent pas autoriser la poursuite d’exploitation au-delà de la durée prévue lors de la conception.

Garantir la transparence totale et la participation publique sur toutes les questions liées à l’énergie nucléaire.

Garantir l’indépendance des autorités de sûreté nucléaire.

Aujourd’hui, le défi consiste à lutter contre les changements climatiques et à renforcer la sécurité énergétique. L’Europe doit sortir progressivement du nucléaire et promouvoir le développement des énergies renouvelables et l’efficacité énergétique. La condition pour y parvenir, c’est que les gouvernements adoptent un objectif juridiquement contraignant de 45 % d’énergie renouvelable d’ici à 2030, tant au niveau national qu’européen, s’engagent à réduire les émissions de CO2 d’au moins 55 % et améliorent l’efficacité énergétique de 40 %.

Le vieillissement des centrales nucléaires nous expose à des risques croissants que je refuse d’accepter.   

Tihange NPP Alain Vincent/Greenpeace
Graveline NPPGreenpeace
Muhleberg NPPGreenpeace
Tihange NPP Greenpeace

Depuis des décennies, la population européenne cohabite avec des centrales nucléaires. La plupart d’entre elles ont été installées sans consultation des habitants. Aujourd’hui, ces centrales nucléaires ont vieilli. Trop vieilli. Construites pour durer 30 ans, certaines installations ont déjà dépassé les 40 années d’exploitation. Certains pays aimeraient même prolonger leur exploitation jusqu’à 60 ans. Cette politique d’extension de vie des centrales nous fait entrer dans une nouvelle ère de risques, plus importants que jamais.

Les politiciens et les États décident de vous mettre en danger, vous ne devez pas l’accepter !

Visite guidée Agir

1 — Vieillissement des centrales

2 — Une nouvelle ère du risque

3 — Et demain ?